Home: Tracasseries

“Mon cher et ancien ami je souhaite que le fatras dont je vous ai surchargé vous amuse.  J’ai vu un temps où vous n’aimiez guère l’Histoire.  Ce n’est après tout qu’un ramas de tracasseries qu’on fait aux morts.  …  On peut prendre et laisser le livre quand on veut. …”

Source: Voltaire, letter, “À Pierre-Robert Le Cornier de Cideville, 9 fevrier 1757,” Voltaire: Correspondance iv (janvier 1754 – décembre 1757), ed. Theodore Besterman (Imprimé en France: Éditions Gallimard, 1978), 945, no. 4691.

Translation: My old and dear friend, I hope that the rubbish—with which I overburden you—amuses.  I noticed, at one point, your scant affection for history.  It is, after all, naught but a fussed-with heap we make of the dead.  …  One can take or leave the book as one wishes. …”